+ Vous êtes ici : Accueil > Les jeux
+ 5 jeux au hasard...
   2012    Alcatraz the Scapegoat
Pour 3 à 4 joueurs

Le thème :
Univers carcéral

But du jeu :
Les joueurs incarnent des prisonniers qui tentent de s’évader d’Alcatraz ensemble. Mais ils savent qu’ils ne s’évaderont pas tous, car pour que le plan réussisse, l’un d’eux devra rester en prison.

Commentaires :
S’évader de la prison d’Alcatraz était soit disant impossible. C’est pourtant ce que les joueurs vont tenter de faire dans ce jeu, en essayant de réaliser différentes tâches pour accomplir le plan d’évasion qui permettra de sortir de l’enfer carcéral.
Dans Alcatraz, les joueurs incarnent des prisonniers qui vont profiter d’un nombre restreint de gardiens (au début de la partie), pour préparer et mettre en œuvre un plan d’évasion en 6 tâches (récupérer des cartes notées A - B - C - D - E - F). Le plateau de jeu représente différents lieux de la prison, possédant chacun une fonction qui pourra être activée par les joueurs présents. Ces lieux permettront de récupérer des objets nécessaires à l’accomplissement des tâches, récupérer de l’endurance (1 action supplémentaire), de l’argent (pour soudoyer les gardiens), ou déplacer des gardiens encombrants.
A son tour de jeu, chaque joueur dispose de deux actions (ou trois à 3 joueurs) qui vont lui permettre de :
- se déplacer,
- activer la fonction du lieu dans lequel il se trouve,
- voler un autre joueur,
- déclencher une émeute afin de déplacer un gardien,
- accomplir une tâche du plan d’évasion (impossible pour le Bouc émissaire),
- défausser un objet,
- jouer une carte chantage (uniquement pour le Bouc émissaire).

Les joueurs disposent aussi d’actions gratuites :
- s’échanger des objets ou de l’argent,
- soudoyer un gardien (en payant),
- utiliser un point d’endurance afin de bénéficier d’une action supplémentaire.

Un tour de jeu se compose de 3 phases :
1 - Arrivée d’un nouveau gardien,
2 - Election du Bouc émissaire
3 - Actions des joueurs.

Pour récompenser la réussite d’une tâche, tous les joueurs, excepté le Bouc émissaire, pourront inscrire une autre tâche réussie.
Dès qu’un (ou un groupe de) joueur(s) possède toutes les tâches requises, l’évasion peut avoir lieu. Sachant que le jeu est perdu dès que le dernier gardien est placé, les joueurs ont une vingtaine de tours maximum pour réaliser les 6 tâches nécessaires à l’accomplissement du plan d’action. Très vite ils vont s’apercevoir qu’on ne peut pas réussir seul et que la coopération va s’avérer nécessaire pour s’évader. Malheureusement, un des joueurs (celui qui aura accompli des tâches non indispensables au plan d’évasion) devra rester dans la prison et regarder tristement les autres s’enfuir.

Alcatraz est un jeu coopératif d’un genre particulier puisqu’un des joueurs sera obligatoirement laissé dans la prison. L’intérêt du jeu réside dans le choix (vote non secret) du Bouc émissaire. Le joueur qui endosse ce rôle ne pourra pas participer à l’accomplissement des tâches et ne pourra pas recevoir de récompense. En revanche, il bénéficiera d’actions supplémentaires et du choix de jouer des cartes Chantage pour retarder, voire faire échouer le plan. Tout le sel du jeu réside donc dans le fragile équilibre qu’il faudra respecter entre changer de Bouc émissaire régulièrement pour qu’il ne devienne pas trop puissant, et accomplir seul certaines actions pour se rendre indispensable. Si le Bouc émissaire est seul à posséder certaines tâches, il est assuré de prendre la fuite, mais s’il n’en possède pas, alors il a de grandes chances de rester en prison. Sachant que pendant le vote tout peut se négocier, se discuter, qu’on peut faire des alliances (tenues ou pas...), cette phase du jeu devient très vite un moment fort de la partie, dont la tension monte dès lors que la fin approche. Se retrouver Bouc émissaire au dernier tour est souvent synonyme de défaite et voir tous ses anciens alliés voter pour soi peut laisser un goût amer. Mais quelle jouissance d’arriver en fin de partie en tant que Bouc émissaire, d’avoir des cartes Chantage dont on argumentera l’impact négatif sur tous, et de faire désigner par la collectivité un autre camarade qui restera dans les geôles. Alcatraz figure en bonne place dans les jeux de traitrise (loyauté conflictuelle comme l’écrivent les auteurs qui mettent en gardent sur les dérives possibles : l’acharnement sur certains joueurs par exemple) et l’immoralité du "moi d’abord" pourrait gêner certains. On choisira donc avec soin ses compagnons de jeu. Se basant sur des mécanismes classiques (Coopération/Alliances - points d’actions) le jeu est fluide, les tours s’enchainent sans lassitude et la durée relativement courte d’une partie place le jeu à portée de joueurs occasionnels motivés. Un bon jeu que l’on sortira en connaissance de cause...

Ce jeu s’adresse :
Joueurs occasionnels motivés et joueurs confirmés.

Les points positifs :
Le Bouc émissaire
L’ambiance

Réserves :
Un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains
Meilleur à 4

Matériel :
De qualité tout à fait correcte. Des protèges-cartes seront bienvenus si le jeu est souvent ouvert.

JPEG - 97.2 ko

La fiche du jeu Alcatraz the Scapegoat sur Twikin.

15 ans et +
env. 60 minutes
Coopération – Alliance, Négociation, Points d’action
Rafal Cywicki
Krzysztof Cywicki
Krzysztof Hanusz
Rafal Badan
Martyna Szczykutowicz
  © 2017 PhilÔjeux.fr .